Ninja Warrior - Le parcours des Héros

Le syndrome : NINJA WARRIOR

Alban OSSART Accueil, Management, Management, Nouveauté, Qualité, Sécurité, Système QSE Leave a Comment

Le syndrome « NINJA WARRIOR »

J’ai récemment eu l’occasion d’assister à la finale de l’émission  NINJA WARRIOR  et je n’ai pas pu m’empêcher d’analyser cette émission si particulière.

NINJA WARRIOR : KEZAKO ?

NINJA WARRIOR  est un jeu télévisé japonais diffusé au Japon depuis près de 20 ans sur la chaîne TBS. Le titre original de l’émission est Sasuke, probablement une référence au ninja Sarutobi Sasuke, héros de nombreux contes pour enfants.

Dès 2009, ce jeu a été adapté aux États-Unis sous le nom American NINJA WARRIOR (en), et depuis 2015 au Royaume-Uni sous le nom NINJA WARRIOR UK (en).

Son adaptation française sur TF1, sous le nom de NINJA WARRIOR, le parcours des héros, a été programmée pour le vendredi 8 juillet 2016, sous la forme de cinq émissions en début de soirée.

Chaque pays peut cependant adapter un peu le concept. Ainsi, la version française a été imaginée comme un juste compromis entre la version américaine, très sportive, et la version britannique qui est plus tournée vers l’humour.

LE CONCEPT

Cette émission met en scène des inconnus devant se mesurer à des épreuves aussi difficiles que techniques dignes des légendaires « 12 travaux d’Hercules ». Les participants rêvent tous d’une seule chose : être sacrés « NINJA WARRIOR » et remporter les 100.000€ de gains. Vous imaginez bien que le nombre d’élus est ridiculement faible : sur 200 participants à la version française, seuls deux candidats sont arrivés en phase finale mais un seul est arrivé dans la dernière phase du jeu (le dernier parcours d’obstacle) qu’il n’a malheureusement pas remporté.

NINJA WARRIOR : des valeurs propres à ce type de jeu

Le concept de ce jeu prône pourtant certaines valeurs qui sont la base de la compétition :

  • Le concept du HEROS ou du SUR-HOMME : le candidat ne peut compter que sur lui pour vaincre les différents obstacles qui se dressent entre lui et la victoire finale ;
  • RESPONSABILITE : chaque action que le héros doit réaliser n’a que deux issues possibles « le succès » ou « l’élimination » ;
  • ADAPTABILITE : chaque série d’obstacles est suffisamment différente des autres pour que le héros doive faire preuve de toutes ses capacités d’analyse et de déduction pour s’en sortir ;
  • MAITRISE DE SOI : chaque décision demande une grande maîtrise des gestes et les signes de stress ne pardonnent pas tant la compétition est difficile et technique ;
  • FORCE MENTALE ET PHYSIQUE : dans toutes les épreuves de NINJA WARRIOR, on retrouve une constante que nous pourrions décrire comme « la maîtrise de la force ». Chaque candidat doit être en mesure de se jouer des pièges qui lui sont proposés en utilisant toute sa force à bon escient. Lorsqu’on regarde l’épreuve du « mur d’Hercules » ou le passage « Spiderman » entre deux parois verticales, on comprend bien toute la force nécessaire pour réussir ce type d’épreuve.

Un dernier point m’a interpelé lorsque j’ai entendu l’un des candidats dire que le principal était de participer. Ceux qui se sont présentés à cette compétition savaient d’avance qu’il existait une chance infime qu’ils remportent la compétition. Pourtant, ils ont tenté l’aventure et ont arboré un profil similaire aux joueurs de jeux de hasard : ils ne maîtrisent aucun aspect du jeu mais tentent tout de même leur chance … on ne sait jamais, ça pourrait payer !

Le concept du HEROS / SUR-HOMME

NINJA WARRIOR est une émission qui laisse les candidats totalement livrés à eux-mêmes. Personne ne viendra les aider ; ils sont libres de leurs choix et se trouvent confrontés directement à leurs limites physiques et mentales.

Regardez autour de vous : avez-vous également ressenti cela dans le cadre de votre fonction ? Avez-vous ressenti ces moments de solitude où vous devez faire des choix et personne ne pourra vraiment vous aider à les faire ?

Depuis que je suis entré dans le monde du QSE, je me suis efforcé de faire travailler ensemble mes collègues (groupes de travail, avis, bonnes pratiques, retours d’expérience …) mais cela s’est vite montré difficile. Chacun ayant ses buts, ses objectifs et ses primes associées. Si je devais prendre un exemple, je pourrai prendre celui des vendeurs et autres commerciaux.

Avez-vous déjà vu des commerciaux jouer collectif lorsque les objectifs qui leurs sont assignés sont uniquement individuels ? Ceux que je côtoie ont une tendance naturelle à être très individualistes pour la plupart. Les raisons qui me sont avancées sont toujours les mêmes :

  • Ils sont primés sur le chiffre d’affaires (leur propre chiffre d’affaires et pas celui de leurs collègues) ;
  • S’ils devaient prendre du temps pour aider un collègue, cela se ferait forcément au détriment de leur propre chiffre d’affaires et donc de leur prime ;
  • Plus ils font de chiffre d’affaires et plus leur prime est élevée (et plus ils se sentent meilleurs que les autres).

Au final, pourquoi devraient-ils faire des choses pour leurs collègues puisque cela ne leur rapporte rien de manière individuelle ? D’un autre côté, pour en revenir au QSE, pourquoi devraient-ils s’intéresser au QSE puisque cela ne fait pas partie des objectifs pour lesquels ils sont primés ? Ces collègues plus soucieux de leur objectif personnel que de celui de la société tirent le système QSE vers le bas.

RESPONSABILITE

Dans NINJA WARRIOR, comme dans de trop nombreuses sociétés, le culte de la perfection est de mise. Et qui dit « perfection » dit également « pas de place pour l’erreur ». Toute erreur de jugement peut avoir comme conséquence directe l’élimination du candidat de la compétition.

En QSE, nous prônons le droit à l’erreur. Ce droit permet aux gens de tester, de tenter, de réussir ou d’échouer mais surtout d’apprendre et de progresser. Sans ce droit, que deviendrait l’innovation ? Vos collègues sont-ils dans cette optique ou préfèrent-ils rester dans leur zone de confort ? Ces attitudes font alors stagner l’entreprise aux risques de la rendre de moins en moins compétitive. Devrions-nous parler également de tous ceux (et celles) pour qui « RESPONSABILITE » est synonyme de « PROBLEMES » ? Ceux-là même qui vont fuir les responsabilités pour être les plus tranquilles possibles.

Que nous parlions de QSE ou d’autre-chose, les personnes fuyant les responsabilités feront partie de celles qu’il sera le plus dur de motiver.

ADAPTABILITE

NINJA WARRIOR pousse ce concept très loin en présentant des situations très différentes à chacun de leurs candidats, les poussant à imaginer des stratégies différentes à chaque instant du jeu.

Au début de ma carrière en QSE, ce concept m’avait été présenté par un de mes premiers employeurs d’une toute autre manière et sous le terme plus abstrait de « PERMEABILITE ».

Ce terme regroupait, pour lui, plusieurs notions :

  • « Faire ce qu’on dit sans poser de question » ;
  • « Adhérer aux idées de la Direction même si on n’est pas d’accord » ;
  • « Être loyal envers sa Direction » quitte à devenir « l’Œil de Moscow » pour elle.

Certes, cette définition est peu conventionnelle mais elle apporte de la clarté sur de nombreux travers que les Responsables QSE peuvent rencontrer de nos jours : celui de la cohérence de la fonction QSE. Si en tant que QSE, vous n’apportez pas par vous-même de la cohérence dans votre fonction, attendez-vous à ce que d’autres le fassent pour le plus grand malheur de votre système QSE.

MAÎTRISE DE SOI

NINJA WARRIOR demande le plus grand calme aux participants afin de déjouer les pièges des différents parcours. Imaginez une seconde un participant qui serait tellement stressé/énervé : il voudrait sûrement mettre « la charrue avant les bœufs » et se verrait déjà arrivé avant même d’avoir commencé l’épreuve. L’issue de sa participation serait inévitablement la chute et l’élimination.

En QSE, la maîtrise de soi est un des outils dont l’importance est trop souvent sous-estimée. Il vous est peut-être déjà arrivé de côtoyer des personnes au tempérament bien trempé qui peuvent monter dans les tours en quelques secondes et dont les coups de gueule sont légendaires ? Je pense à ceux et celles que nous pouvons rencontrer et qui nous laissent une sensation aussi agréable qu’une brûlure sur la peau.

C’est dans ces cas que la maîtrise de soi est primordiale : laissez vos interlocuteurs s’énerver et se calmer avant d’entreprendre une discussion avec eux. Votre plus grande force sera votre maîtrise de vos sentiments et de vos réactions.

FORCE MENTALE ET PHYSIQUE

Lorsque j’ai regardé la finale de NINJA WARRIOR, j’ai été effaré de la force dont font preuve les meilleurs des candidats. Les épreuves demandent de plus en plus de puissance physique au fur et à mesure que la compétition avance et le mur des héros (23 mètres de haut à gravir à l’aide d’une corde lisse) en est l’épreuve ultime.

A regarder les efforts et les performances des meilleurs candidats, il est facile de comprendre que ceux-ci ont préparé leur compétition des mois à l’avance voire davantage.

Regardez autour de vous, regardez vos collègues … et comptez combien d’entre eux considèrent que le sport est important. Comptez maintenant combien d’entre eux pratiquent régulièrement une activité physique : vous verrez alors que le premier nombre aura encore diminué.

Connaissez-vous l’expression « Mens sana in corpore sano » ? Cette citation est extraite de la dixième Satire de Juvénal. Elle illustre le fait que le corps et l’esprit sont étroitement liés et influent l’un sur l’autre.

Pensez-vous être aussi efficaces lorsque votre esprit est préoccupé ou lorsque vous êtes fatigués ? Il en est de même pour vos collègues : pensez de temps en temps que chacun peut avoir ses périodes de passage à vide et composez avec. C’est en faisant preuve d’empathie que vous ferez progresser vos relations avec vos collègues et votre système QSE.

AU DELA DES VALEURS : le prix du champion

Vous vous êtes peut-être demandé quelle devait être la motivation des participants à NINJA WARRIOR pour accepter d’endurer de telles épreuves.

Cela m’a fait me demander ce qui me motivait réellement dans mon travail et ce qui me poussait à y retourner chaque jour : une réflexion intéressante et pleine de sens de nos jours où le monde du travail est si compliqué.

Et vous, pourquoi vous investissez-vous / ou pas dans tel ou tel projet ? Travaillez-vous par envie, par obligation, dans l’espoir d’une promotion hypothétique, par passion ? Qu’en est-il de vos collègues ? Font-ils partie de ceux qui sont motivés ou de ceux qui ont cessé de l’être ?

La notion de motivation de nos collègues est un facteur que nous ou nos managers ne prenons pas forcément en compte. Nos collègues ont-ils compris ce qu’était notre métier et quel était notre rôle dans la société ? Cela est moins sûr qu’il n’y paraît car, en tant que QSE, nous passons encore pour des « empêcheurs de tourner en rond »…

Cette posture peut augmenter nos difficultés à faire fonctionner correctement un système QSE et entamer notre motivation. Avez-vous déjà entendu ce qui suit ? : « le QSE est une charge et n’apporte rien à une société ; il n’apporte pas de chiffre d’affaire et ne se vend pas à nos clients ! ».

Dans ce cas, COMMENT ARRIVEZ-VOUS A RESTER MOTIVES FACE A DES PERSONNES QUI CONSIDERENT LE QSE COMME ACCESSOIRE ?

N’hésitez pas à réagir dans les commentaires de cet article.

POUR FINIR

NINJA WARRIOR m’a fait me demander si les problèmes rencontrés dans nos sociétés ne viendraient pas en partie :

  • De l’individualisme des acteurs (objectifs individuels, primes) ;
  • Des guerres d’ego et de la recherche de reconnaissance (à chacun ses problèmes …) ;
  • D’une vision collective défaillante (savons-nous où nous allons ou travaillons-nous à l’aveuglette …) ;
  • D’une tendance à éviter ce qui nous contrarie, à rester tranquille, sans faire de vague et attendant que les autres décident pour nous …

Et vous, professionnels du QSE/RSE/DD, vous épanouissez-vous dans votre poste, dans votre métier, dans votre fonction ?

Réagissez en nous laissant un commentaire.

A très bientôt sur EPSILON QSE.

Alban OSSART


 

Envie de plus d’articles, d’avis, de thèmes : continuez à nous rester fidèles !

Suivez-nous sur Epsilonqse-asso.ovh, Facebook, Linkedin, Viadeo et surtout …

ABONNEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER !

Vous les avez peut-être manqués … alors, ne perdez pas de temps et suivez nos cours de rattrapage :

Accident de trajet / de travail : les différences

Accident de trajet / de travail : les différences

Vous pensez qu’un accident vaut bien un autre accident et pourtant, la réalité n’est pas si claire que ça. Les accidents de trajet représentent un risque bien réel qui est très souvent ignoré par les employeurs. Mais savez-vous vraiment quand parler d’accident de trajet et quand parler d’accident de travail ? Quel impact un accident de trajet a sur le contrat de travail ou la prise en charge du salarié victime ?

Lire la suite…

 

 

Mes 5 habitudes

Mes 5 bonnes habitudes

Un de mes amis m’a demandé comment je passais mes journées de repos : ce que je faisais, ou pas, pour que ces moments soient réellement réparateurs. Bon nombre de mes amis ont tendance à flemmarder et à procrastiner dès qu’ils en ont l’occasion … Pour ma part, ne rien faire me paraît beaucoup plus fatiguant que d’occuper mes journées de repos. J’ai donc pris 5 habitudes principales que je m’astreins à suivre chaque semaine. Est-ce que cela vous intéresse ?

Lire la suite…

 

 

Solidarité suite à l'attentat de NICE

Solidarité suite à l’attentat de NICE

En ce jour, Epsilon QSE se joint aux familles des personnes qui ont subi cet odieux attentat sur la Promenade des Anglais. La période devait être propice à la joie et à l’allégresse … pourtant c’est un tout autre sentiment qui prédomine aujourd’hui.

Lire la suite…

 

 

 

10 facteurs pour 2016

10 facteurs pour 2016

A compter du 1er juillet 2016, tous les employeurs devront prendre en compte les six derniers facteurs de pénibilité. Mais qui va réaliser l’évaluation ? Sommes-nous tous prêts ?

Lire la suite…

 

 

 

Des conseils simples mais trop souvent oubliés

Des conseils simples mais trop souvent oubliés

J’entends tellement souvent de confrères (et de consœurs) qui ont du mal à faire adhérer leur Direction et leurs collègues à la philosophie QSE que je me devais de faire cet article. En tant que QSE, vous n’êtes pas les seuls à être confrontés à ces problèmes et peut-être même à cette frustration de savoir quoi faire

Lire la suite…

 

Alban OSSARTLe syndrome : NINJA WARRIOR

Laisser un commentaire